Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Europa
La dernière chance de l’Europe

Valéry Giscard d’Estaing et l’Europe

Depuis ses débuts dans la vie politique, Valéry Giscard d’Estaing a toujours œuvré pour l’Union de l’Europe. En 1957 déjà, jeune député trentenaire, il exprimait dans un vibrant plaidoyer à l’Assemblée nationale sa « foi raisonnée » dans l’Europe, appelant à la ratification du Traité de Rome.

Sous sa présidence de la République (1974-1981), la France est devenue un acteur de premier plan de la construction européenne : ensemble avec Helmut Schmidt, le chancelier de la République fédérale d’Allemagne, ils ont lancé des initiatives fortes qui ont permis de faire avancer l’Europe vers plus d’intégration politique, économique et monétaire et qui font dire aux historiens qu’il s’agissait là de « l’âge d’or de l’entente franco-allemande ». 

Après son mandat présidentiel, V. Giscard d’Estaing a poursuivi son engagement européen en tant que député européen, à la tête de divers organismes ou encore en tant que Président de la Convention européenne, qui a élaboré pour la première fois dans l’histoire européenne, une Constitution pour l’Europe.
Partisan d’une « troisième voie » entre une Europe supranationale et une Europe des États, V. Giscard d’Estaing promeut, aujourd’hui, l’idée d’une intégration économique et financière accrue de douze États Membres de l’UE: c’est le projet Europa.

 

ACTIONS EUROPÉENNES LANCÉES PAR V. GISCARD D’ESTAING PENDANT LE SEPTENNAT (1974-1981) : 

Mise en place du Conseil européen (Conférence de Paris, 9-10 décembre 1974)
qui réunit régulièrement les chefs d’État et de Gouvernement des Etats membres des Communautés Européennes. Il a pour mission de :

- Permettre un échange des opinions des chefs de gouvernement
– Définir les orientations et priorités politiques générales de l’Union
– Faire entendre « la voix de l’Europe » en donnant des impulsions

Le Conseil européen sera formellement institutionnalisé par l’Acte unique Européen de 1986.

Adoption de l’Acte portant élection des représentants à l’Assemblée au suffrage universel direct (Conseil des Ministres à Bruxelles, 20 septembre 1976) : grâce à cette réforme, les Européens éliront pour la première fois directement leurs représentants au Parlement européen, le 10 juin 1979.

VGE inaugure le Palais de l’Europe à Strasbourg, siège du Conseil de l’Europe et du Parlement européen

Inauguration palais de l’Europe : discours de Valéry Giscard d’Estaing (Ina.fr – 28 janvier 1977)

Création du Système Monétaire Européen (SME)  (Conseil européen de Brême, 7 juillet 1978) visant à aboutir à une zone de stabilité monétaire en Europe, avec comme unité de référence l’ECU (European currency unit), précurseur de l’Euro.

VGE commente la création du SME et le Conseil européen de mars 1979

Valéry Giscard d’Estaing et le Conseil européen (Ina.fr – 13 mars 1979)

DEPUIS 1981 : UN ENGAGEMENT CONTINU EN FAVEUR DE L’EUROPE 

 

Création du Comité pour l’Union monétaire de l’Europe (1986), avec l’ancien Chancelier de la République Fédérale d’Allemagne, Helmut Schmidt. Ce Comité comprend 17 membres venant des 12 pays de la Communauté Européenne (hommes politiques, banquiers, dirigeants d’entreprises) et prône l’établissement d’une monnaie unique en Europe pour assurer le succès du Marché Unique.
Juillet 1988 : Le Comité publie le « Programme pour l’Action », résultat de ses travaux, dont les propositions serviront de base aux travaux du Comité Delors (1988-1989).

VGE évoque ses projets pour l’Europe, à « l’Heure de vérité », en 1987

Valéry Giscard d’Estaing et ses projets pour l’Europe (Ina.fr – 11 février 1987)

Années 1990 : Valéry Giscard d’Estaing est à l’origine d’une réflexion sur un projet d’organisation de l’Europe, débouchant en 1995 sur un « Manifeste pour une nouvelle Europe fédérative », riche de propositions de réformes institutionnelles.

Nomination à la Présidence de la Convention sur l’avenir de l’Europe par le Conseil européen de Laeken (décembre 2001), qui engage l’Union européenne à devenir plus démocratique, plus transparente et plus efficace.
La Convention compte 105 membres (représentants nationaux, députés européens et membres de la Commission européenne) qui se départagent dans divers groupes de travail thématiques et cercles de discussion.
Après 17 mois de travaux, rythmés par 26 sessions plénières, 1800 interventions, 50 réunions du Présidium, V. Giscard d’Estaing présente, en 2003, un projet de Constitution européenne. Celui-ci fusionne et remplace les Traités européens existants dans un texte unique, réforme et clarifie les compétences et le rôle des institutions de l’UE. Le Traité constitutionnel est signé par les 25 membres de l’Union Européenne, le 29 octobre 2004.

Lire le traité instituant une constitution pour l’Europe

Service de Presse PE

 © Service de Presse PE

Avril – Mai 2005 : Campagne pour le « oui » au référendum sur le Traité constitutionnel européen.

Depuis 2009 : Président d’honneur d’Atomium culture, plate-forme pour l’excellence internationale réunissant une trentaine d’universités, des milliers de chercheurs et une vingtaine de médias internationaux dans le but de favoriser la coordination, la valorisation, le partage et la divulgation du nouveau savoir issu de la recherche. Pour en savoir plus : atomiumculture.eu

Valéry Giscard d’Estaing participe régulièrement en tant qu’intervenant à des tables-rondes, cercles de discussion et conférences sur l’Europe ou l’international, comme par exemple, le 31 janvier 2014, avec Helmut Schmidt et Henry Kissinger à la Conférence de Munich sur la Sécurité. Visionner la conférence de Munich

MANDATS À PORTÉE EUROPÉENNE

1989-1993 – Député au Parlement Européen, membre du Groupe du Parti Populaire Européen (P.P.E.)

1989-1997 – Président du Mouvement Européen International.

1997-2004 – Président du Conseil des Communes et Régions d’Europe (CCRE – section européenne de IULA).

• 2002-2003 – Présidence de la Convention Européenne (Convention sur l’Avenir de l’Europe).

 

DISTINCTIONS (sélection)

• Novembre 2001 : Médaille d’Or de la fondation Jean Monnet pour l’Europe, remise à des personnalités ayant marqué l’histoire de la construction européenne par leur engagement.

• Mai 2003 : Prix Charlemagne, décerné depuis 1950 par la ville d’Aix-la-Chapelle à des personnalités remarquables qui se sont engagées pour l’unification européenne.

• Janvier 2004 : Prix De Gaulle – Adenauer (ensemble avec Helmut Schmidt) rendant hommage aux personnalités ou institutions qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la coopération franco-allemande.

• Octobre 2006 : Prix de la paix de Westphalie, remis à des personnalités qui ont consacré leur vie pour la paix en Europe et dans le reste du monde.

• Juillet 2014 : Grand Prix franco-allemand des Média (ensemble avec Helmut Schmidt) récompensant un engagement remarquable en faveur des relations franco-allemandes et européennes.